Site de l'académie de Versailles

Accueil > Enseignements > Histoire géographie > 1914-2014 : Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Cérémonie du 11 (...)

1914-2014 : Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Cérémonie du 11 Novembre 2014 à Rambouillet : le devoir de mémoire

vendredi 7 novembre 2014 par Elodie SALZENSTEIN

La cérémonie de l’armistice du 11 Novembre 1918 se tiendra Place André Thome à Rambouillet à 10 H00. Les élèves peuvent assister au dépôt de gerbes en présence des autorités de la ville, du Sous-Préfet, des représentants républicains. C’est pour rendre hommage aux morts tombés pour la France que le 11 Novembre est un jour férié depuis 1921.

Il y a 100 ans débutait le Premier conflit mondial qui fit environ 10 millions de morts en Europe et dans le monde dont 1,3 millions de soldats Français et des millions de soldats blessés ou mutilés de guerre.

Photographie de la première Guerre Mondiale (domaine public)


Dire la guerre et écrire dans la guerre. Les écrivains-soldats et les écrivains engagés après-guerre  :

Ecrire au Front et écrivains tombés sur les champs de bataille :

Les nombreux récits de la Première Guerre Mondiale nous sont parvenus car les Poilus savaient lire et écrire grâce à la création de l’école Publique et aux lois Ferry de 1881 et 1882 rendant obligatoire l’instruction publique. De grands écrivains Français furent tués lors de la Première Guerre Mondiale comme Charles Péguy, 41 ans, lieutenant de réserve au 276e RI, tué le 5 septembre 1914 à la bataille de l’Ourcq et son ami Alain Fournier, 28 ans, lieutenant au 288e RI de Mirande, disparu le 22 septembre 1914 dans la tranchée de Calonne et auteur du " Grand Meaulnes", publié en 1913. Ce jour-là, Maurice Genevoix qui s’y trouvait déjà entend « dans cette grande clairière des gémissements, des appels suppliants et des cris ».

Plus tard, dans la nuit du 7 au 8 avril 1915, fut tué Louis Pergaud, Prix Goncourt 1910 et célèbre auteur de "La guerre des Boutons", paru en 1912. Il était âgé de 32 ans et servait comme sous-lieutenant au 166e RI de Verdun, .

Cliché de la Première Guerre Mondiale, académie de Rennes.,
Cette journée de commémoration est l’occasion de nous replonger dans l’Histoire douloureuse du XXème siècle.

Ecrivains engagés dans la guerre, acteurs et témoins directs de la Première Guerre Mondiale et principales

œuvres littéraires

 :
- "Les croix de bois"de Roland Dorgelès (1919).
- "A l’Ouest, rien de nouveau" de Erich Maria Remarque qui montre l’horreur des tranchées côté allemand écrit en 1929. Cet ouvrage est un hymne au pacifisme.

-  "le Feu" d’Henri Barbusse. , publié en 1916, et récompensé par le Prix Goncourt de 1916. Ce roman intitulé "Le feu. Journal d’une escouade", rédigé à partir des carnets de l’auteur, lui même engagé comme volontaire de 1914 à 1916, retrace les aspects de la vie dans les tranchées et la vie à l’arrière du front. En 1917, Henri Barbusse s’engage à l’ARAC ou Association des Anciens Combattants pour la mémoire de la guerre, la défense des droits des anciens combattants et des idéaux républicains. En 1920, il fonde la revue " Clarté" pour un monde plus juste et sans guerre. En 1923, il milite au PCF (Parti Communiste Français) et devient un écrivain engagé. (Source. "Le feu, journal d’une escouade", d’Henri Barbusse paru aux éditions Hachette Éducation, édition abrégée, Août 2014.)
- Le discours de l’écrivain Romain Rolland, Prix Nobel de Littérature en 1915, professeur d’Histoire au Lycée Henri IV et au Lycée Louis Le Grand, professeur d’Histoire de la musique à Paris et professeur d’Histoire des Arts à l’Ecole Normale Supérieure, engagé dans la Croix Rouge à Genève, "Au-dessus de la mêlée" écrit en Suisse en 1914 est un hymne à la paix. Ce texte trouve un écho en France dans la seconde partie de la guerre et il est publié dans plusieurs langues. Il est connu pour son roman "Jean-Christophe" paru en 1904.

- "Paroles de poilus, Lettres et carnets du front 1914-1918" de Jean-Pierre Guénot (Direction), Yves Laplume (Direction) - Anthologie (poche). Paru en 10/2013
.
- Les célèbres "Poèmes à Lou" de Guillaume Apollinaire écrits durant la Première Guerre Mondiale (cet écrivain Français mourut le 9 Novembre 1918 des suites de ses blessures de guerre et de la grippe Espagnole).
- Les romans existentialistes de Franz Kafka, écrivain praguois, comme "Le procès" ou "Le château" témoignent d’un monde absurde où l’individu est broyé dans un système qu’il ne comprend pas. Kafka, qui a vécu à l’époque de la Grande Guerre, a certainement été influencé par les événements. Un autre écrivain de langue allemande, Thomas Mann, fait de la Première Guerre Mondiale la fin de son roman. Ainsi, le héros de "La Montagne Magique", Hans quitte la montagne où il a passé sept ans, afin de s’engager comme soldat dans la Grande Guerre. La Grande Guerre marque une rupture fondamentale dans la vie du héros.
- "Le temps retrouvé" (1927) de Marcel Proust, dernier roman de son cycle "A la recherche du Temps perdu" (1919 à 1927) présente le Paris de 1916-1917, les milieux bourgeois et la vie à l’arrière. La guerre est omniprésente dans les têtes et dans la psychologie des personnages. Le personnage de Robert de Saint Loup devient officier et meurt à la guerre. Pour Marcel Proust, la première Guerre Mondiale marque la fin de la vie insouciante de ses jeunes années et la fin d’un monde. Dès Septembre 1914, Marcel Proust, dans ses lettres, redoute déjà une guerre qu’il sait d’avance meurtrière et inutile.
- "Capitaine Conan", de Roger Vercel (1934).
- "Voyage au bout de la nuit" de Louis- Ferdinand Céline.

Ce roman publié en 1932, Prix Renaudot qui s’inspire principalement de l’expérience personnelle de Céline à travers son personnage principal Ferdinand Bardamu : Louis-Ferdinand Céline a participé à la Première Guerre mondiale en 1914 et celle-ci lui a révélé l’absurdité du monde. Il ira même jusqu’à qualifier la guerre d’ « abattoir international en folie » (source : Wikipédia).
- "L’été 1914" dans les Thibaut de, Roger Martin du Gard écrit en 1936.
- Le roman de Louis Aragon
, étudiant en deuxième année de médecine et engagé au Front comme brancardier durant la Première Guerre Mondiale, intitulé "Aurélien" écrit 30 ans après les faits, en 1944 montre le désenchantement du combattant et l’impossible retour à une vie normale pour les participants à la guerre 14-18. La vie du héros Aurélien, qui a combattu sur le front d’Orient, dans le Paris artistique des années 1920 se résume à une errance sans finalité et d’une guerre à l’autre, il finit par perdre la femme rencontrée quelques années auparavant, tuée lors de l’exode de 1940. Ce roman inspirera la poésie "Il n’y a pas d’amour heureux" écrite par Aragon et chantée par Georges Brassens en 1953. Louis Aragon reçoit la Croix de guerre et reste mobilisé deux ans dans la Rhénanie occupée, épisode qui inspirera le célèbre poème "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" mis en musique par Léo Ferré. L’expérience combattante et traumatisante de la Première Guerre mondiale est à l’origine de l’engagement politique de Louis Aragon. .
- En 1944, Stefan Zweig, écrivain Autrichien, décédé en 1942 au Brésil, publie post-mortem son autobiographie "Le monde d’Hier, Souvenir d’un Européen",

commencée en 1934, où il décrit le basculement du monde, de l’Empire Austro-Hongrois et de la Vienne artistique des années 1900, les changements politiques et sociaux d’après 1914 et il plaide en faveur de l’Europe d’avant 1914, décrite comme un âge d’or du vivre-ensemble en Europe. La carte de l’Europe redessinée lors des Traités de Versailles et démembrant l’empire Austro-Hongrois en 1920 a toujours des conséquences sur les nationalités.
- Les peintures d’Otto Dix, de Fernand Léger et de Marc Chagall témoignent du basculement artistique en matière picturale de l’art classique vers l’art moderne. Fernand Leger représente des hommes sans visages devenus des machines. Otto DIX, qui a combattu dans l’armée allemande peint les anciens combattants devenus des "gueules cassées" ayant perdu leur visage humain. Otto Dix fut considéré par les nazis comme un artiste dit "dégénéré", pour avoir montré la réalité de la guerre.
Peinture cubiste de Fernand Léger, "La partie de cartes", 1917

. huile sur toile, 129 x 193 cm, Kröller-Müller Museum, Otterlo, Pays-Bas. Fernand Léger, grand ami de Louis Aragon, a servi comme brancardier en 1914 et a réalisé de multiples dessins cubistes de la guerre de tranchées


Peinture de Marc Chagall, "La Guerre", 1964-1966, Musée des Beaux-Arts de Zurich, Suisse. Le peintre y montre les souffrances et les horreurs de la guerre

Autres œuvres sur la période 1914-1918 au cinéma, dans la littérature ou en Bande Dessinée :

- le film "Charlot soldat" datant de 1918 relate la vie d’un simple soldat dans la tranchée et montre l’absurdité de la guerre et le début de l’engagement politique de Charlie Chaplin, acteur Britannique vivant à Hollywood.
- Le film de Stanley Kubrick, "Les sentiers de la gloire" (1957), adaptation du roman de Humphrey Cobb (1935).
- "La vie et rien d’autre" de Bertrand Tavernier (1989) avec Philippe Noiret. Une femme de soldat incarnée par Sabine Azema, recherche son mari disparu dans divers hôpitaux de la ligne de front. Elle y rencontre des hommes meurtris et défigurés à jamais par la guerre, que l’on a nommés, "les Gueules Cassées". Le film montre les paysages dévastés des villages bombardés, les ruines et le personnel médical et religieux s’occupant des soldats blessés avec des moyens de fortune.
- "Capitaine Conan", de Roger Vercel (1934), adapté au cinéma par Bertrand Tavernier avec Philippe Torreton, en 1996. Le film présente le front dans les Balkans et l’amitié entre soldats.
- "Un long dimanche de fiancailles", film de Jean Pierre Jeunet (2004), d’après le roman de Sébastien Japrisot, avec Audrey Tautou et Gaspar Ulliel. Le film retrace les recherches d’une jeune française idéaliste incarnee par Audrey Tautou, pour retrouver son fiancé porté disparu dans des hôpitaux à travers des paysages en ruines et où elle n’a pas sa place. Le film aborde la question du destin des mutins fusillés par leur propre état major, et non encore reconnus par l’Etat Français. Environ 600 mutins qui souhaitaient cesser les hostilités avec l’ennemi furent purement et simplement fusillés par leurs supérieurs. Seulement 40 d’entre eux ont été réhabilités. Un projet de loi a été débattu au Sénat le 22 Juin 2014 lors de la journée en mémoire de la Grande Guerre, afin de réhabiliter la mémoire de ces soldats, qui ont posé la question de la désobéissance citoyenne à des décisions qui leur avaient été imposées collectivement et qui aboutissaient à un carnage inutile. L’historien Nicolas Offenstadt a confirme en novembre 2013 la demande des familles de ces soldats et les enjeux mémoriels et familiaux de cette réhabilitation. Aujourd’hui encore, de nombreuses voix demandent la réhabilitation de ces innocents.

Audrey Tautou, dans le film "Un long dimanche de fiancailles".

- "La chambre des officiers", film de François Dupeyron (2001), d’après le roman de Marc Dugain, écrit en 1998.Le héros, Adrien, blessé au visage, rencontre des hommes meurtris et défigurés à jamais par la guerre, que l’on a nommés, "les Gueules Cassées" et le personnel médical et religieux du Val-de-Grâce. Défiguré, il passe la guerre dans une chambre sans miroir aux côtés d’autres "Gueules Cassées".
- Le roman "Dans la guerre" d’Alice Ferney, paru en 2003.
- Le téléfilm "L’orange de Noël" sur la vie d’une institutrice en Lozère à la veille du conflit en 1913, Jean Louis Lorenzi (1996) d’après le roman de Michel Peyramaure (1982).
- Le telefilm "La tranchée des espoirs" (2003) de Jean Louis Lorenzi montre des scènes de fraternisation entre soldats allemands et français, d’après des histoires rares et authentiques, et présente des portraits attachants d’hommes simples livrés à la boucherie de cette guerre.
- Le téléfilm "Le Bal des célibataires" (2005) de Jean Louis Lorenzi montre la vie d’une veuve de guerre, incarnée par Christiana Reali.
- "Cheval de guerre" (2011) de Steven Spielberg aborde la question des animaux projetés dans ce conflit. Des centaines de milliers de chevaux furent aussi embarqués dans cette guerre.
- La Bande dessinée de Tardi, "C’était la guerre de tranchées" et "Putain de guerre". Tardi dessine en noir et blanc et relate l’absurdité de l’attente dans la tranchée et la perte des amis qui meurent sous les obus.
- La Bande dessinée de Joe Sacco, " La Grande Guerre. Le premier jour de la Bataille de la Somme reconstitué heure par heure
- Le téléfim "Ceux de 14" d’après le roman de guerre de Maurice Genevoix, produit par France 3 en 2014.
- "A la recherche du temps perdu" de Nina Companeez, produit pour la télévision (2011), qui retrace les années de la Belle Epoque vue par Marcel Proust et les années de guerre dans Paris.
- "Aurélien", de Arnaud Sélignac, adaptation pour la télévision (2002), avec Romane Bohringer et Olivier Sitruk, sur le Paris des années 1920.
- "Secrets d’Histoire" sur Georges Clémenceau (2013).(Société Européenne de Production)
- Les images d’archives coloriées de la série "Apocalypse. la première Guerre Mondiale" d’ Isabelle Clarke et Daniel Costelle, diffusée sur France Télévisions en 2013 avec la voix de Matthieu Kassovitz.

Œuvres à écouter :
- "La chanson de Craonne" de 1917.
- "LA Guerre de 14-18" par Georges Brassens.
- "La Butte Rouge" reprise par Renaud en 1981.
"Une lettre oubliée", de la chanteuse Juliette.
- "Ne en 17 à Leidenstadt", de Jean Jacques Goldman.

Livre pour enfants et collégiens :"La première Guerre Mondiale, questions reponses", Éditions Nathan Jeunesse, par J. M BILLIOUX ET C. MEYER.

Musées et lieux de mémoire :
- Le musée de l’Armée aux Invalides à Paris.
- Le Musée de la Grande Guerre de Meaux
- Les lieux de mémoire sur les sites de la Grande Guerre et les cimetières militaires...
- Le Mémorial de Verdun et l’Historial de la Grande Guerre de Peronne.
- La Flamme du Soldat Inconnu, en dessous de l’Arc de Triomphe de Paris édifié par Napoleon Ier, est une sépulture dédiée à l’ensemble des soldats tombés pour la France. Un soldat inconnu ramassé sur un champ de bataille symbolise toutes les pertes humaines de cette première Guerre Mondiale et mondialisée.

Voir le site du Centenaire : http://centenaire.org/fr

Lire sur les monuments aux morts sur le site du Ministère de la Défense :http://www.defense.gouv.fr/site-memoire-et-patrimoine/memoire/sepultures-et-monuments-aux-morts/les-monuments-aux-morts


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège Le Rondeau (académie de Versailles)
Directeur de publication : Marie Le Barazer