Site de l'académie de Versailles

Accueil > Enseignements > Histoire géographie > Histoire > "C’étaient des enfants" exposition gratuite à l’Hôtel de Ville de (...)

"C’étaient des enfants" exposition gratuite à l’Hôtel de Ville de Paris

mardi 9 octobre 2012 par Elodie SALZENSTEIN

Jusqu’au 27 Octobre, dans les salons d’accueil de l’Hôtel de Ville de Paris se tient l’exposition "c’étaient des enfants" qui honore le souvenir des enfants Juifs raflés et déportés à Paris lors de la tristement célèbre Rafle du Vel D’Hiv les 16 et 17 Juillet 1942 par la police Française du régime de Vichy en collaboration avec le régime nazi au pouvoir en Allemagne depuis le 23 Janvier 1933 . Près de 13 000 parisiens furent déportés et parmi eux, 4000 étaient encore des enfants âgés de 2 à 16 ans (4115 exactement). Ils ne sont jamais revenus car ils ont été déportés dans les camps de la mort nazis.

PNG - 132.6 ko

Selon un récent sondage CSA, 60% des jeunes de 18-24 ans ignorent encore ce fait historique de la Seconde Guerre Mondiale mais paradoxalement 88% jugent que la transmission de l’histoire du génocide est importante. Il s’agit du devoir et du travail de mémoire et du nécessaire devoir de transmission. Aujourd’hui, 332 plaques commémoratives réparties dans des établissements scolaires de la capitale portent le nom de 6403 enfants disparus à Auschwitz. 11 400 enfants juifs furent déportés en France dont la moitié était de petits Parisiens.

Avant de procéder aux déportations, les autorités du régime de Vichy du maréchal Pétain promulguèrent un statut des juifs en 1940, un fichage systématique, et des interdictions en tout genre (de jouer dans les jardins publics, d’aller à l’école ou au cinéma), et ce, après avoir interdit en France les partis politiques et les syndicats et instauré la supression des libertés. Quelques rares enfants furent toutefois sauvés grâce à des Justes (des Français ordinaires et courageux qui s’engagèrent au péril de leur vie pour sauver des enfants et des vies) ou à des résistants Français. En 1945, le Tribunal de Nuremberg élabora le concept juridique de "crime contre l’Humanité" pour définir ces actes de barbarie qui émaillèrent l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale et qui restent des actes inédits dans l’histoire universelle par l’ampleur du nombre des victimes et par l’organisation industrielle à grande échelle de l’extermination. Il n’y a pas de prescription pour les coupables de "crime contre l’humanité", à savoir, qu’ils sont passibles de poursuites pénales toute leur vie durant.

L’exposition rend hommage à ces enfants innocents victimes des discriminations, de l’intolérance, de l’antisémitisme, du racisme et d’un génocide ciblé.
Les discriminations sont au programme d’Education Civique de 5ème et l’étude des régimes totalitaires et de la Seconde Guerre Mondiale (1939 à 1945) au programme de TROISIEME.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège Le Rondeau (académie de Versailles)
Directeur de publication : Marie Le Barazer